Les migrantes, ces femmes de l’ombre

Les migrantes, ces femmes de l’ombre

Elles sont de plus en plus nombreuses à quitter leurs pays seules. Pourtant, la société continue de les ignorer.

Nounous, aides à domicile, femmes de ménages… Les femmes migrantes sont parties prenantes du quotidien des Français. Or, dans les banlieues, celles qui triment dans l’ombre passent facilement inaperçues.

Dans l’imaginaire collectif, le migrant est un homme, généralement travailleur et le plus souvent sans-papiers. Pourtant, d’après l’étude Trajectoires et origines, la France comptait officiellement 5 millions d’immigrés en 2010, dont 53% de femmes. “On a toujours cherché à rendre invisible les femmes et la misogynie survit dans les esprits. Cette représentation est également liée aux premières vagues d’immigration, dans les années 60”, commente Nadia Chabaane, féministe et militante à l’Association des Tunisiens de France (ATF).

Depuis les années 40, la majorité des femmes migre dans le cadre du regroupement familial. Cependant, ce descriptif ne correspond plus tout à fait aux spécificités de l’immigration féminine. Dorénavant, les femmes prennent de plus en plus le large en solo. Différemment des hommes. “Les migrantes n’empruntent que rarement les parcours de la désespérance, comme ceux en provenance de Tunisie, en raison notamment du protectionnisme familial”, pondère Nadia Chabaane.

Il n’en reste pas moins que, depuis les années 90, la recherche d’un meilleur avenir ailleurs, des prises de positions politiques ou des violences peuvent conduire celles-ci à laisser derrière elles leurs pays d’origine, que ce soit au Maghreb, en Afrique sub-saharienne, en Amérique Latine ou en Asie. “Beaucoup de ces femmes partent pour faire vivre leurs familles rester au pays. Elles veulent, aussi, bénéficier de conditions de vie plus décentes au vu de leur niveau d’études supérieures”, décrit Violaine Husson.

Lors de ses permanences, cette coordinatrice de l’Action femmes à la Cimade en Ile-de-France accompagne la majorité des migrantes dans leurs démarches de régularisation. Une minorité d’entre elles ont été persécutées dans leurs pays du fait, notamment, de leur participation à des associations de défense des droits des femmes. Victimes de crimes d’honneur, de mariages forcés, de violences conjugales et de mutilations génitales, elles réclament, contre vents et marées, le statut de demandeuses d’asile. 

Un silence juridique

En France, elles sont à la fois invisibles dans la société et dans les textes juridiques. “Lors de la rédaction de la Convention de Genève en 1951, le réfugié était alors un jeune, homme et militant. Ils n’imaginaient pas qu’un jour se serait au tour d’une femme”, précise France Terre d’Asile. Le premier rapport sur la demande d’asile incluant le genre ne sera publié qu’en septembre 2011. Or, 17.344 femmes, originaires principalement d’Arménie, d’Azerbaïdjan et de Russie, ont réclamé ce statut en 2009. Seul 20% des demandes ont été reconnues par l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides).

A l’heure de l’émancipation féminine, les migrantes sont confrontées à une double violence, en tant que femmes et en tant qu’étrangères. Toujours considérées comme “épouse de” ou “femme de”, elles ont besoin de l’accord de leurs maris pour le renouvellement des papiers.

Pire encore. Venant de pays où les droits des femmes sont souvent bafoués, “au moment d’un divorce, des hommes vont choisir le pays qui leur est le plus favorable. Les migrantes ne pourront dès lors bénéficier des lois françaises, notamment les Algériennes. Cette situation pose des problèmes quant à la répudiation et à la garde des enfants”, déplore Françoise Briée, vice-présidente de la Fédération Nationale Solidarité Femmes, qui gère le centre d’appel Violences Conjugales Info (3919).

Un choix cornélien s’impose donc à elles. En cas de séparation pour violences maritales, les migrantes s’exposent au risque de perdre leurs cartes de séjour. Sans recours, elles viendront alors alimenter le bataillon des 300.000 sans-papiers. “Les femmes ne veulent pas prendre ce risque car elles peuvent se retrouver à la rue et être exposées à des risques de violences sexuelles ou de prostitution”, dénonce Françoise Briée.

Victimes ou coupables?

De son côté, Violaine Husson admet quelques avancées. “La loi sur la lutte contre les violences faites aux femmes, de juillet 2010, a modifié le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda)”, note-t-elle. Désormais, les femmes peuvent bénéficier d’une ordonnance de protection, qui permet entre autres leur régularisation. Mais dans la réalité, elles demeurent en situation d’expulsion. En effet, la mise en application de la loi reste défaillante et engendre des difficultés dans leur mise à l’abri. Les préfets et agents d’administration ne leur attribuent la plupart du temps qu’un droit de séjour provisoire d’une durée de 4 mois.

La délivrance d’un titre de séjour est en effet conditionnée à la condamnation de l’époux et au dépôt d’une plainte préalable. Or, de nombreux commissariats refusent tout simplement de les enregistrer. Les maris demeurant dans l’impunité, de victime à coupable il n’y a qu’un pas.

En 2010, la campagne “Ni une ni deux” a souhaité mettre un terme à cet omerta en sensibilisant l’opinion et les pouvoirs publics sur les pratiques abusives des administrations.

Une rupture du lien social

Les immigrées peinent effectivement à faire entendre leurs voix. “Si les féministes sont incapables de défendre leurs droits dans leurs propres pays, les femmes africaines sont victimes d’une triple discrimination: femmes, migrantes et noires”, démontre Damary Maa Marchand, présidente de la Fédération IFAFE (Initiatives des Femmes Africaines de France et d’Europe).

Plus précaires, plus vulnérables, les migrantes se retrouvent dans des situations d’isolement extrême. Loin de leurs familles, elles ne disposent pas du réseau social nécessaire pour connaître leurs droits et doivent surmonter, seules, les obstacles administratifs.

Tandis que les hommes frappent aisément aux portes des syndicats du secteur du bâtiment et de la restauration – où ils sont sur-représentés – les femmes, elles, travaillent essentiellement dans les services à la personne quand elles ne sont pas à la recherche d’un emploi.

“Les travailleuses n’ont pas de collègues, constate Violaine Husson. Leur force de mobilisation est donc nulle. Les seules retombées qu’elles peuvent espérer sont des répercussions sur leurs salaires avec des licenciements à la clé”.

Comme les autres femmes, elles sont donc davantage frappées par la précarité et combinent temps partiels, contrats précaires et emplois du temps surchargés. A leur arrivée en France, elles souffrent d’un déclassement social aggravé par une alphabétisation insuffisante et des discriminations récurrentes. 

Dans une société plus propice à la répression qu’à l’information, les initiatives associatives réunies au sein du Collectif Action et Droits des Femmes Exilées et Migrantes (ADFEM) sont cruciales. Elles soutiennent les immigrées notamment dans leurs recherches d’emploi, de logement, leur insertion au sein de la société et leur orientation professionnelle.

“Les organisations doivent regrouper ces femmes éparpillées afin qu’elles gagnent en confiance et fassent enfin apparaître au grand jour leurs difficultés”, souligne Ana Azaria, présidente de Femmes égalité. Cette association place l’accent sur le travail, facteur d’autonomie en milieux populaires. Or, à leur arrivée en France, les migrantes sont confrontées à un problème d’équivalence et à des discriminations à l’emploi. “On garde l’idée qu’elles ne sont pas diplômées mais elles travaillent toutes car il faut bien survivre”, déplore Violaine Husson.

Son organisation a ouvert, en partenariat avec le Comede, un groupe d’échanges entre femme dans le but de libérer la parole de ces femmes, qui, en raison de leurs origines, ne sont pas habituées à s’exprimer en public. En savoir plus…

© YouPhil.com/Adeline Farge

 Crédit photo une: mellie_/flickr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *